Diester, l’énergie de nos campagnes

Les agriculteurs à l’origine du Diester

Près de chez vous, 100 000 producteurs d’oléagineux produisent les graines destinées au Diester, 500 coopératives et négoces agricoles les collectent et les transportent. C’est toute une chaîne de valeur qui valorise les débouchés énergétiques du colza et du tournesol !

De la graine au diesel vert

Comment transformer une graine oléagineuse en source d’énergie ?

De la graine au Diester, découvrez les étapes de la transformation des graines de colza !

En 2012, on cultive en France :

  • 500 000 hectares pour satisfaire nos besoins en huile alimentaire
  • 2 millions d'hectares pour l'énergie DIESTER, et la chimie du végétal

 
Lorsque des experts agro-industriels élaborent enfin le DIESTER : c'est aussi près de chez vous ! L'élaboration du DIESTER s'effectue dans des unités aux technologies spécifiques :

  • Les graines de colza et de tournesol sont pressées (phase de trituration)
  • L'huile récupérée est purifiée puis transformée par réaction avec un alcool pour obtenir le DIESTER (phase d'estérification)

 
Deux experts sont reconnus au niveau national :

  • SAIPOL, leader français de la trituration des graines et du raffinage
  • Diester Industrie, leader français et européen de production du biodiesel

 

Des acteurs proches de vous

Qui produit les graines servant à produire le biodiesel Diester ?

En France, 100 000 agriculteurs fournissent les graines de colza et de tournesol destinées au Diester®, il y en a donc forcément près de chez vous !
 
500 coopératives et négoces agricoles collectent et transportent ces graines. Et lorsque les experts agroindustriels élaborent enfin votre biocarburant pour véhicule diesel, c’est aussi à proximité : 7 sites répartis sur l’ensemble du territoire conduisent les activités de production du Diester®.

 

 
 
Pourquoi la production de Diester est-elle essentielle pour les agriculteurs ?

La filière Diester® a permis le développement des cultures de colza et d’assurer ainsi des revenus aux agriculteurs en leur offrant des débouchés nouveaux.
 
Par ailleurs, la production de biodiesel permet aux éleveurs de pouvoir disposer de tourteaux d’origine française non OGM, nettement moins chers que les tourteaux de soja importés.
 
Capital, lorsqu’on sait que l’aliment constitue jusqu’à 80% du prix de revient des productions animales.

 
 

Votre biodiesel certifié et durable

Le biodiesel Diester est-il durable ?

Depuis le producteur agricole jusqu’à l’entrée du produit fini en dépôt sous douanes, le Diester® répond aux critères exigeants de durabilité définis dans le cadre des directives européennes (utilisation d’une biomasse durable et réduction minimum prouvée de 35% des émissions de gaz à effet de serre).
 
En effet, les opérateurs français des filières de production végétale et de biocarburants ont été les initiateurs il y a quelques années d’un modèle de vérification qui fait aujourd’hui référence au niveau européen : le schéma 2BSvs (Biomass Biofuel Sustainability voluntary scheme). L’origine française et la durabilité des matières premières mises en oeuvre, ainsi que du biodiesel produit qui en est issu, sont garanties.
 
Chaque étape fait l’objet d’une certification par des organismes indépendants et extérieurs à la filière oléagineuse. Diester Industrie fait l’objet d’audit de suivi annuel obligatoire par plusieurs organismes dont Bureau Veritas. Aucune autre source d’énergie renouvelable n’a un tel niveau d’exigence en France !

 

Les agriculteurs participent-ils à améliorer le bilan environnemental de l’énergie Diester ?

Favorable à la mise en place de critères de durabilité, la filière oléagineuse a lancé la Démarche de progrès dès 2007, visant à optimiser l’efficience énergétique, mais aussi environnementale du Diester® : garantir des pratiques agricoles raisonnées en matière d’intrants, et intégrer des dispositifs favorisant la biodiversité.
 
Le Diester® présente un véritable intérêt pour son bilan gaz à effet de serre, avec 59% d’émissions en moins pour votre biodiesel de colza (ADEME, 2010) ; tout comme pour ses aspects énergétiques, il restitue du “champ à la roue“ 2,2 fois plus d’énergie qu’il n’en faut pour l’élaborer.
 
Ces bonnes performances, l’ensemble des acteurs de la filière s’engage à les faire progresser !
 
En apprendre d’avantage sur les critères de durabilité des biodiesels sur le site 2BSvs.